Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Réalisation d’un tanuki par Diex

L’aventure débute en septembre 2005 par la présentation du matériel destiné à la réalisation d’un tanuki.

Un bois mort (junipérus communis) de 25cm de haut et 40 cm de long .

Et deux boutures de 3 ans (junipérus chinensis) de 30 et 40 cm de haut.

Diex a demandé des idées aux membres du forum afin de lui donner des pistes pour son futur projet.

Plusieurs virtuels ont été réalisés :

Par Clem

Par bonsaika87

Par bruno D

Par majo

A ce stade, Diex donne son avis sur les propositions :

"Clem ton virtuel n°1 est super, la végétation est trés bien disposée et à mon avis je vais oeuvrer dans ce sens. Cependant faire passer la bouture par derrière coupe trop les fibres du bois.

L’idée de bonzaika87 est originale en redressant l’ensemble, mais on perd la puissance de la base (une fois un peu enterré on aura l’impression d’un beau nébari).

Bruno D utilise la 2ème bouture et c’est précisément là ou je voulais en mettre une !
Je pense que c’est un bon choix.

Génial Majo on dirait déjà une "masterpiece"."

Diex est tellement motivé par ce projet qu’il a déjà trouvé un pot qui pourrait convenir pour sa réalisation et l’a déjà mise en situation :

En mai 2006, Diex nous montre la réalisation pas à pas, en précisant que, selon lui, ce ne sera jamais un beau bonsaï.... mais on ne sait jamais..... l’avenir nous le dira.

Tout d’abord, une entaille est creusée en arrondi à la dremel où on logera le jeune plant (sans clou ni vis).

Dans ce cas précis, il n’est pas nécessaire de fixer les plants au bois afin d’éviter que les plants ne sortent, l’entaille étant en arrondi.

Le bois mort avec les 2 entailles qui recevront les 2 boutures (un détail : il faut respecter le sens des fibres du bois).

Les 2 boutures fraichement déterrées :

Les jeunes plants sont inserrés, il ne faut pas forcer mais élargir l’entaille si besoin.

Si l’entaille est trop large par endroit (ici vers le haut), on peut bloquer le plant avec une petite cale en bois pour éviter qu’il ne sorte.

Ici, le dessus du plant inserré est maintenu avec une ligature qui sert également à donner un certain mouvement.

Voila le travail terminé, les plants vont continuer à grossir à l’intérieur de l’entaille et seront complètement inserrés. Par la suite ils vont même déborder en donnant l’apparence d’une véritable veine vivante.

Vev apporte sa contribution en précisant que, contrairement à ce qu’il est fréquemment lu ou entendu, il n’est pas nécessaire d’écorcer les jeunes plants sur les parties rentrant dans les rainures. Cette technique est très risquée.

Il fait aussi part de sa vision de ce tanuki, dont il verrait la forme plus compacte (car cette variété est longue a faire pousser) en utilisant la premiere veine pour faire une branche et en choisissant un pot plus profond et très petit, avec le tanuki on peut être "bord-bord".

Faire un tanuki c’est une totale liberté, il faut aller plus loin que les formes classiques. Il faut sortir de ses rigidités, que du mouvement.

Une vision plus folle en abandonnant le fantasme du nebari de la mort sur un genevrier : un dragon

Diex ajoute que les idées "un peu folles" de vev demandent toujours réflexion et sur ce coup là, il a sans doute raison (avec le tanuki il faut délirer un maximum et surtout éviter le classique).

La réalisation va être laissée telle quelle pour l’instant, les plants devant grossir. Plus tard il évoluera certainement dans le sens de l’idée de vev.


Une autre réalisation de Diex, commencée en avril 2003, la derniere photo montre l’arbre rempoté cette année (2006), mais pas encore mis en forme (le plant a bien poussé et a débordé de l’entaille comme prévu).



Le sujet sur le forum

haut de page