Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Quercus suber

AVERTISSEMENT :

Les indications fournies sur cette fiche le sont à titre indicatif et sont susceptibles de modifications ultérieures liées à l’évolution des connaissances. Vous devez "adapter" nos conseils en tenant compte de votre localisation géographique et de votre expérience.

Si vous constatez une anomalie ou une erreur, n’hésitez pas à contacter l’équipe des rédacteurs.


Généralités

Famille : Fagaceae

Genre : Quercus

Espèce : Quercus suber

Nom commun : Chêne liège, surrier ou suvrier en provençal


Observations générales

Originaire de la région méditerranéenne, le chêne liège est un arbre monoïque allant de 5 à 20 mètres qui vit environ 150 ans en culture mais jusqu’à 500 ans à l’état naturel. On le trouve souvent associé au chêne vert (auquel il ressemble beaucoup excepté l’écorce), au chêne pédonculé et au pin maritime.

Ses feuilles simples de 3 à 5 cm sont persistantes sur l’arbre pendant deux à trois ans. Elles sont coriaces, ovales, à dessus vert luisant et dessous blanchâtre à bord lisse ou denté.

Ces fleurs sont unisexuées : mâles en chatons pendants jaunâtres et femelles minuscules.

Vers l’âge de 15 ans, il commence à porter des glands allongés (2-3 cm de long) de couleur rouge brique, dans une cupule à écailles inégales, mûrissant en 2 ans.

Il est cultivé (dans des exploitations appelées "subéraie") pour son épaisse écorce grise qui peut atteindre 25 cm d’épaisseur et dont on fait les bouchons de bouteilles de vin ainsi que d’excellents isolateurs thermiques, phoniques et électriques.

Le premier liège produit directement par l’arbre est le « liège mâle », crevassé et inexploitable ; on doit l’enlever (démasclage) dès que le tronc atteint 30 cm de circonférence (vers 40 ans). Le nouveau liège qui se forme est le « liège femelle », que l’on récolte (levage) tous les 8 à 10 ans quand l’épaisseur voulue est atteinte, environ 2,5 cm. La formation de liège est favorisée par les périodes de sécheresse. Il formera donc beaucoup moins de liège s’il est cultivé en dehors de sa zone de prédilection.

Le Portugal est le premier producteur mondial de liège.

L’écorce isolante du chêne-liège ne brûle que superficiellement et protège la partie vivante de l’arbre. Après un feu, des bourgeons "dormants" sous l’écorce se réveillent et donnent naissance à de nouvelles pousses. Ce qui permet au chêne-liège, environ vingt mois après le passage du feu, de reformer une couronne végétale.


Zone climatique

USDA 9. Rustique jusqu’à -5°C maximum.


Obtention

Semis : Facile dans du sable humide après stratification. Certaines variétés de Quercus suber donnent des glands doux, c’est à dire comestibles. Glands pour semis disponibles ici

Prélèvement} : Prélèvement au début du printemps juste avant le démarrage, vers le mois de mars. Supprimer beaucoup de végétation lors du prélèvement.


Culture

La culture du chêne liège se rapproche de celle du chêne vert mais aussi de l’olivier par exemple exception faite que le chêne liège ne supporte absolument pas le calcaire.

Paramètres généraux

Difficulté : Culture facile

Vitesse de croissance : Rapide.

Exposition : Très lumineuse.

Ventilation : Milieu aéré

Hygrométrie : Assez élevée en été

Plage de température : A besoin de chaleur. Ne supporte pas les températures inférieures à -5° C. Bien protéger des gelées.


Soins

Arrosage : La culture se fait en plein soleil et avec un bon substrat drainant, l’arrosage doit être abondant lors des fortes chaleurs.

Rempotage : Au printemps juste avant le débourrement. Sur les jeunes plants, raccourcir la racine progressivement sur 3 ans (1/3 chaque année).

Substrat : Utiliser un substrat drainant à forte teneur en sable grossier et plutôt acide (écorce de pin) car le chêne liège est calcifuge à la différence du chêne vert qui lui préfère les sols calcaires. Un mélange de pumice et d’écorces de pin lui convient très bien.

Il ne faut pas oublier non plus que le choix du substrat dépend aussi de l’étape de culture et de la région dans laquelle l’arbre est cultivé.

Fertilisation : Fertilisation selon le stade d’évolution de l’arbre. Pour des jeunes sujets en formation, fertilisation de la fin de l’hiver jusqu’à l’automne. Pour des sujets plus avancés, fertilisation à partir du début de l’été. Avec un bon programme de fertilisation, la croissance est forte et rapide.

Taille : Bourgeonne bien en arrière et sur le tronc. Tailler en vert (comme pour l’olivier, le prunus mahaleb...) pour favoriser la ramification. Avec une bonne culture, il est possible de faire 6 ou 7 tailles en une seule saison. Pour faire grossir une branche, laisser "tirer" le rameau jusqu’au diamètre voulu.

Ligature : Difficile sur les grosses branches car le bois du chêne liège est très cassant et l’écorce fragile. Préferez la formation de l’arbre par la taille ou le haubanage.


Phytosanitaire

Peu de maladies.

Pour de plus amples renseignements, se reporter à la rubrique Mon arbre est malade.


Esthétique

Styles : Tout les styles. Le chêne liège a un bois très dense et très dur ce qui peut permettre de réaliser des bois morts.

Pour plus d’informations, consulter la rubrique Esthétique


Répartition géographique

JPEG - 32.1 ko
quercus suber

Photographie

JPEG - 77.9 ko
quercus suber - feuille
JPEG - 38.5 ko
quercus suber - fruit
JPEG - 92.4 ko
quercus suber - écorce
JPEG - 82.5 ko
JPEG - 89.7 ko

Liens externes

- lejardindekanojo

- Prélèvement d’un chêne liège

haut de page