Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Marcottage aérien (exemple sur bouleau)

Le marcottage aérien : Le marcottage aérien est une manière probante d’obtenir rapidement un arbre intéressant avec un tronc de volume satisfaisant. Combien de fois, dans la nature, ne me suis-je pas dit : “Tiens, cette branche pourrait faire un beau bonsaï, si seulement elle pouvait avoir des racines”. Le marcottage, s’il est bien réalisé, peut remédier à cette défaillance. Il faut en fait générer un jeu de racines à partir d’une branche toujours rattachée à la plante mère. Voici une description du procédé.
Il faut tout d’abord trouver une branche qui par ses courbures et son épaisseur pourrait rapidement être travaillée en bonsaï : Dans le cas présent un bouleau dont la branche à déjà l’écorce mature blanche symptomatique de l’espèce
Le pot, qui va contenir la future motte, doit être fendu dans toute sa hauteur pour pouvoir être passé autour de la branche que l’on se destine à travailler.

Un simple container en plastique de pépinière fera très bien l’affaire. Il faut, bien sûr, le prendre assez grand par rapport à l’épaisseur de la branche pour que les racines émises puissent suffisamment se développer avant le moment crucial de la séparation d’avec le tronc mère
Pour que le moulage de la branche soit complet, on effectue un trou au fond du pot d’un diamètre le plus proche possible du diamètre de la branche à marcotter

L’étape suivante consiste à écorcer la branche sur une hauteur égale au diamètre de celle-ci et d’incruster un fil de ligature bien serré à la moitié de la hauteur écorcée pour couper la sève descendante et donc générer le nouvel enracinement
On place alors le pot autour de la branche et on colmate la fente avec un ruban adhésif pour éviter que le pot ne s’ouvre. On peut enduire la partie écorcée avec de la poudre d’hormone d’enracinement pour faciliter ce dernier
On remplit le pot avec un mélange terreux léger de type terreau ou tourbe que l’on humidifie copieusement
Pour éviter l’évaporation, on enveloppe le tout dans un film plastique que l’on ligature de part et d’autre.
Dans 3 à 4 mois, l’arbre aura émis des racines et la branche pourra être séparée du tronc à l’automne. Il faudra cependant protéger la jeune plante du gel et du vent et donc la placer dans une serre froide

haut de page