Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Les styles et les différents courants

Les styles de bonsaï sont assez différents selon qu’ils proviennent de Chine ou du Japon, même si beaucoup de bonsaï importés de Chine sont traités selon les "normes" japonaises.

Il y a plusieurs courants dans le bonsaï :

  • des recherches de formes naturelles que l’on applique surtout sur les feuillus (hokidachi par exemple), qui cherchent un sentiment, une sensation naturelle.
  • des recherches de forme plus codifiées qui tendent à appliquer des formes et des équilibres répertoriés, codifiés, déjà un art plus culturel qui répond à la culture japonaise, à une maîtrise par la répétition.
  • une recherche plus contemporaine, dont l’instigateur est peut-être Kimura, qui casse les rythmes, met en valeur les forces plus agressives de la nature en montrant le bois mort, les dragons, les espaces vides plus poussés, une libération plus artistique, plus personnelle, une interprétation de l’arbre brut, une pensée plus européenne de l’artiste et de la valeur uniquement humaine de l’oeuvre.
  • une recherche pour sortir le bonsaï du bonsaï justement, de le confronter à l’art et toutes les variations de l’art, couleur, sculpture, opposition, objet métallique, ...une recherche avec des réussites, des maladresses, mais aussi du sentiment.

Toutes ces recherches se valent, elles sont ardues, longues, forment des ponts entres elles et nous confrontent à nos limites.

  • Quelle que soit la forme, il existe une première classification des bonsaï selon trois critères :
    • premier critère : la hauteur
    1. Shito : de 0 à 7.5 cm
    2. Mame : de 7.5 à 15 cm
    3. Kotate Mochi : de 15 à 30 cm
    4. Chiu Bonsaï : de 30 à 60 cm
    5. Daï Bonsaï : de 60 cm à plus d’un mètre
    • deuxième critère : le nombre d’arbres dans le pot
    1. Soju : deux arbres
    2. Sambon Yose : trois arbres
    3. Gohon Yose : cinq arbres
    4. Nanahon Yose : sept arbres
    5. Kyuhon Yose : neuf arbres
    6. Yose-ue : plus de neuf arbres
    • troisième critère : le nombre de troncs (sur un meme arbre)
    1. Tankan : 1 tronc
    2. Sokan : 2 troncs
    3. Sankan : 3 troncs
    4. Gokan : 5 troncs
    5. Nanakan : 7 troncs
    6. Kyukan : 9 troncs et plus
  • il existe une seconde classification selon l’inclinaison du tronc par rapport à un axe vertical
    1. 0° d’inclinaison par rapport à l’axe vertical : chokkan(droit formel)
    2. entre 0 et 10° d’inclinaison : Moyogi (droit informel)
    3. entre 10 et 45° d’inclinaison : Shakan (penché)
    4. entre 45 et 90 ° d’inclinaison : Han-Kengaï (semi-cascade)
    5. plus de 90° d’inclinaison : Kengaï (cascade)

Les cinq principaux styles définis par l’inclinaison du tronc

Tous les styles existants, qui sont développés ici dans d’autres articles, sont des variantes de ces cinq styles de base

Pour terminer cette introduction, il faut également parler de l’influence de la situation géographique sur les styles.

On distingue généralement trois origines influant sur les styles :

  • 1- les bonsaï de Taïwan et Formose : on privilégie les grand nébari gréffés pour obtenir un gros volume de racines aériennes qui s’apparentent alors à de véritables troncs. Les caduques sont sculptés et leurs veines sont peintes. On accorde par ailleurs moins d’importance à la relation arbre-pot. Les styles sont naturels et empruntés à la forme de l’arbre. On peut y trouver des éléments décoratifs : personnages, animaux...
  • 2- les bonsaï de Thaïlande : les branches sont longues et sinueuses mais sans rupture de rythme et se terminent par des nuages en cercle. Les bonsaï atteignent jusqu’à 1 mètre. Le substrat est recouvert de mousse ou d’herbe à entretenir. Généralement la taille du pot est inversement proportionnelle à la taille de l’arbre. l’élément prédominant est le tronc qui peut être par ailleurs sculpté et blanchi selon les critères japonais.
  • 3- les bonsaï de Chine : Il existe en Chine plusieurs écoles. Toutes se caractérisent par le travail sur de gros troncs sur lequel on laisse pousser librement les branches à la base. Certaines forment les branches par ligature d’autre non...
haut de page