Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Les produits de traitement face aux maladies et insectes

Produits fongicides, insecticides, acaricides, que choisir, que faire face aux problèmes en toutes saisons ?


Introduction

les produits de traitement sont classés en trois catégories :

- les fongicides : produits qui s’attaquent aux champignons.
- les insecticides : produits qui s’attaquent aux insectes et parasites
- les acaricides : produits qui s’attaquent aux acariens.

Tous ces produits peuvent être systémique [1] ou non et sont utilisés à titre préventif ou curatif.

Ces produits sont bien entendu à utiliser avec précaution, en respectant les doses, en se protégeant (porter des gants, ne pas utiliser contre le vent...) et à conserver à l’écart des enfants.

Nous verrons également qu’il n’est pas toujours nécessaire d’utiliser ces produits, mais qu’il existe quelques recettes simples et plus naturelles.

Enfin, rappelons nous qu’un bonsaï bien entretenu et engraissé et moins sensible aux attaques qu’un autre.

En complément de cet article, vous pouvez regarder les fiches des espèces section phytosanitaire


-1- Les produits fongicides

-1.1- Les fongicides systémiques

  • ALIETTE
    • Nom du composant principal : Fosétyl-Al
    • Efficace contre : le dépérissement des conifères dû au phytophthora [2], et le feu bactérien.
    • durée d’activité : 30 jours
    • mode d’administration : mélangé à l’eau en pulvérisation sur et sous les feuilles.
    • observations : ne pas mélanger avec d’autres substances telles que le Dicofol, le cuivre, ou les engrais.
  • THIOPHANATE-METHYL
    • Nom du composant principal : Pelt 44
    • Efficace contre :Anthracnose [3] , rouilles [4] et maladies vasculaires.
    • Durée d’activité : 15 à 20 jours
    • Mode d’administration : pulvérisation
    • Observations : toxique pour l’homme. Contre la rouille on utilise également des produits à base de triforine ou de propiconazole

-1.2- Les fongicides non systémiques

  • BOUILLIE BORDELAISE
    • Nom du composant principal : cuivre
    • Efficace contre : oïdium,chancre, cloque, tavelure, mildiou, bactériose
    • Durée d’activité : variable selon la période et la variété traité.
    • Mode d’administration : pulvérisation
    • Observations : peut laisser des taches de couleur généralement bleu sur les feuilles.
      - Ne pas traiter les espèces sensible au cuivre (buis, cyprés, thuya, cotoneaster, aubépine, sorbus)
      - utilisation en traitement préventif à la chute des feuilles et au moment du gonflement des bourgeons (juste avant le débourrement)
  • MANCOZEBE
    • Efficace contre : mildiou [5], tavelure, rouille
    • Durée d’activité : 15 à 20 jours
    • Mode d’administration : pulvérisation
    • Observation : Il agit par contact en inhibant la germination des spores des champignons pathogènes. Peut être remplacé par de la poudre de charbon de bois.
  • SOUFRE
    • Efficace contre : oïdium, rouille, champignon, acariens
    • durée d’activité : variable selon la température du moment.
    • Mode d’administration : En pulvérisation, en arrosage au sol ou en poudrage
    • Observations : à utiliser par une température supérieure à 10°. Est toxique par une température supérieure à 28°

-1.3-Des méthodes plus naturelles

  • COMMENT SE DEBARASSER DE L’ÔIDIUM ? (Traitement curatif)

- Dans un litre d’eau, ajoutez 1,5 gramme de permanganate de potassium (en vente en Pharmacie).
- Pulvérisez sur toutes les parties du Bonsaï. Protégez le substrat lors des pulvérisations.
- Attendez au moins 15 jours avant de refaire une pulvérisation
- photo 1 du portfolio

- Egalement possible contre l’oïdium et la rouille, les prêles en décoction ou en purin.


-2- Les produits insecticides

-2.1- rappel sur les parasites et prédateurs les plus courants sur les bonsaï

pour plus de détails sur ces parasites et d’autres voir aussi les autres articles de la rubrique mon arbre est malade

  • LES COCHENILLES : prédateurs

il exite deux espèces de cochenilles :

- les cochenilles farineuses (cf photo 2 du portfolio)

    • reconnaissable à l’amas cotonneux qu’elles développent généralement à l’aisselle des feuilles.

- les cochenilles à bouclier ou carapace (cf photo 3 et 4 du portfolio)

    • Détectables par les traces de miellat (substance collante) laissées sur les feuilles ou sur le pot. La présence de fourmis est également un signe.
  • LES PUCERONS : parasites (poto 5 et 6 du portfolio)

- Insectes suceurs qui aiment les jeunes pousses (couleur : jaune, orange, noire, vert ...). Ils sont souvent "élevés" par les fourmis pour qui ils produisent du miellat en suçant la sève des arbres. ils sont très facilement reconnaissable visuellement.

-2.2- Les produits

  • ROTHENONE :
    • Efficace contre : insectes dont pucerons
    • Durée d’activité : 1/2 journée
    • Mode d’administration : pulvérisation
    • Observation : Attention la rothénone est décomposé par les ultras-violet. Ne pas pulvériser en plein soleil (préférer même le début de soirée). Toxique pour l’homme
  • PYRETHRINES :
    • Efficace contre : tous insectes dont cochenilles
    • Durée d’activité : faible
    • Mode d’administration  : pulvérisation ou aérosol
    • Observation  : insecticide végétal naturel
  • MALATHION + HUILE MINERALE
    • Efficace contre  : cochenilles, pucerons laineux
    • Durée d’activité : 20 jours
    • Mode d’administration : pulvérisation
    • Observation : application en dehors de la période de floraison. Ne pas traiter par temps chaud et sec. Certains conifères y sont sensible. Peut-être utiliser en traitement d’hiver préventif (un à l’autome un au tout début du printemps)

-2.3- Des méthodes plus naturelles

  • COMMENT SE DEBARASSER DES COCHENILLES ?
  • 1ère méthode

- Dans 1 litre d’eau tiède pour favoriser le mélange ajoutez 1 ou 2 cuillères a soupe de savons
de Marseille et 3 à 4 cuillères à soupe d’alcool à brûler (peut être remplacer par de l’alcool modifié)
- Pulvérisez et rincez après 2 heures (peut-être également appliqué au pinceau).
- Lors des pulvérisations, protégez le substrat.

  • 2ème méthode :

- Avec la même préparation, plonger la partie aérienne dans la solution pendant 10 à 15 minutes toujours en protégeant le substrat dans un sac en plastique par exemple. Laisser agir et rincer à l’eau claire.
- le savon à la particularité de pénétrer la carapace des cochenilles.

  • 3ème méthode :

- en cas de faible attaque on peut retirer manuellement les cochenilles en frottant avec une brosse à dent ou en les retirant avec la pointe d’un couteau.

  • COMMENT SE DEBARASSER DES PUCERONS ?

- Vous laissez macérer une poignée de tabac pendant 48 H dans une bouteille d’eau d’11/2L. Ensuite vous filtrez et vous pulvérisez le bonsaï en protégeant le mélange terreux.
ATTENTION : Cette méthode, bien que parfaitement naturelle, est très dangereuse et est réservée à un public averti. En effet, la nicotine est un produit hautement toxique et mortel même à faible dose, dont la molécule a la particularité de pénétrer facilement la peau des organismes vivants.

- Vous pouvez aussi faire une pulvérisation de liquide à vaisselles additionné d’eau.

- également possible : faire chauffer des mégots dans une eau à 60° puis filtrer

    • Engrais et anti-pucerons

Il existe dans le commerce du purin d’orties qui est plus pratique d’acheter que de préparer soi-même à cause des mauvaises odeurs (pour les voisins).
Diluer le produit avec de l’eau (1 pour 10) et arrosez votre bonsaï !! c’est un engrais et aussi un anti-pucerons.


-3- Les produits acaricides

-3.1- rappel sur les acariens

Les acariens sont des organismes suceurs de sève quasiment invisibles à l’oeil nu. Ils appartiennent à l’ordre des Arachnides (de la même famille que les araignées ou les tiques).

L’acarien le plus dangereux pour le bonsaï est l’araignée rouge ou "acarien jaune" qui s’appelle en réalité le tétranyque tisserand (Tetranychus urticae) ->photo 7 du portfolio

Les acariens sont difficiles à remarquer car de taille quasi-microscopique. une des méthodes est de secouer l’arbre au-dessus d’une feuille blanche, si vous voyez des éléments se déplacer sur la feuille blanche. Alors il y a présence d’acariens.

L’autre méthode est de pulvériser de fine goutelettes d’eau. En présence d’acariens vous verrez apparaître une très fine toile.

Les symptômes sont des feuilles qui jaunissent en quantité et qui finissent par tomber.

-3.2- Les produits

  • DICOFOL
    • Efficace contre  : Acariens
    • Durée d’activité : 30 jours
    • Mode d’administration : pulvérisation
    • Observation : Eviter l’aérosol. Semble ne pas être supporté par l’orme de chine
  • CLOFENTEZINE
    • Efficace contre  : Acariens au stade de larves et oeufs
    • Durée d’activité : 60 jours
    • Mode d’administration : pulvérisation
    • Observation : peut être utilisé en traitement d’hiver préventif

-3.3- Des méthodes plus naturelles

  • L’EAU

- Les acariens se développent en atmosphère sèche. le premier des remèdes est donc d’augmenter le degré d’humidité autour de l’arbre, par :

    • une douche de la partie aérienne (en protégeant le substrat pour éviter qu’il ne soit détrempé). La pression de l’eau, fait fuir, par une action mécanique, les acariens.

-4- Les périodes de traitement

-4.1- traitement à titre préventif

  • LES FONGICIDES :
    • bouillie bordelaise : début mars et en novembre à la chute des feuilles.
  • LES INSECTICIDES :
    • Malathion + huile : un traitement en novembre et un en mars
  • LES ACARICIDES :
    • clofenthézine : traitement possible en mars-avril.

-4.2- Traitement à titre curatif

Traitement dés l’apparition du fléau.

  • FONGICIDES :
    • soufre : du printemps à la fin de l’automne
    • aliette : a partir d’avril pour les conifères. Après la floraison pour les feuillus.
    • mancozèbe : au printemps et en été
  • INSECTICIDES :
    • Rothénone/pyréthrines/nicotine : de mai à octobre
    • Malathion-huile : de mai à octobre
  • ACARICIDES :
    • Dicofol : de mai à octobre.

Lien(s) externe(s)

- le catalogue des produits phytopharmaceutiques site du ministère de l’agriculture

haut de page