Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Le moyôgi et le tachiki

Style sinueux et style droit informel

En japonais, 模様木 moyôgi ou moyougi désigne un arbre ayant pris une forme légèrement sinueuse. Ce mot vient de 模様 moyou (design, forme) et 木 ki (arbre).
Le mot 立ち木 tachiki signifie arbre dressé. Le kanji 樹 se lit aussi tachiki et signifie alors arbre ou bien arbre de sylviculture (destiné à faire des planches). Il s’agit du style droit informel à proprement parler.
Ces deux formes sont assez voisines et pas toujours distinguées. C’est pourquoi elles font l’objet d’un seul article. C’est l’une des formes les plus courantes en bonsaï.

Le moyôgi et le tachiki dans la nature

On trouve très souvent ce style parmi les arbres et arbustes dans la nature et dans les champs cultivés, aussi bien en plaine qu’en moyenne montagne, au pied des collines, dans les vergers.
Ces arbres vivent généralement dans des lieux où ils subissent une grande amplitude thermique où la succession de périodes de fortes croissance avec des périodes plus calmes dûes aux petites intempéries favorisent diverses légères inclinaisons du tronc et des branches dans toutes les directions.

Voici une photo prise par Penjing :

Les règles de formation

Ces deux styles reprennent une partie des règles du style Chokkan (droit formel) avec quelques différences sur le mouvement du tronc et des branches.

1. Le nebari doit être bien étoilé.

2. Le tronc sera légèrement incliné à la base.

3. Le tronc doit avoir une forte conicité.

4. Le tronc est sinueux (légèrement pour le tachiki, plus fortement pour le moyôgi), les courbes seront plus fines et resserrées au fur et à mesure que l’on s’approche de la cime. Les sinuosités devront être dirigées dans toutes les directions de l’espace, pas simplement dans un plan. On veillera à ce que ces courbes ne soient pas « molles », il doit y avoir des ruptures de rythmes. Le moyôgi et le tachiki ne sont pas des styles d’arbres en S comme vendus en grande surface !

Pour former le tronc dans ce style, la technique « royale » est celle du clip’n’grow. Il est toutefois possible de le former à l’aide de la ligature si l’arbre est encore jeune. Dans ce dernier cas, on fera attention à ne pas créer des courbes arrondies.

5. Le sommet de l’arbre doit être situé à la verticale de sa base, incliné vers la face avant. Sinon, l’arbre aura l’air instable.

6. Le départ des branches est situé à l’extérieur des courbes du tronc, on doit trouver une branche à chaque ondulation. La première branche n’est pas une branche arrière.

7. Les branches aussi seront sinueuses. Plus le tronc sera ondulé, plus les branches seront ondulées et ramifiées.

8. Le feuillage doit être inscrit dans un triangle scalène (ni isocèle, ni équilatéral, ni rectangle).

9. Les pots sont généralement rectangulaires, mais on trouve aussi parfois des pots ronds ou ovales. Ils doivent donner une impression d’une bonne stabilité.

Espèces adaptées à ces styles

Toutes les espèces sont adaptées à ces styles, aussi bien les feuillus caducs et les feuillus sempervirents, que les conifères. Pour les conifères, il est possible d’avoir des jin mais le moyôgi et le tachiki ne sont pas les formes les plus appropriées pour cela.

Voici un orme du Japon pré-formé par Dany Use ayant appartenu à et photographié par Penjing :

Remarquons que cet arbre déroge à la règle n°5. N’est-ce pas cela qui fait son charme ?

Liens

Liens internes :

Des moyôgi au naturel

Liens externes :

Images de moyôgi

Images de tachiki

haut de page