Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Juniperus

FICHE BOTANIQUE

AVERTISSEMENT :

Les indications fournies sur cette fiche le sont à titre indicatif et sont susceptibles de modifications ultérieures liées à l’évolution des connaissances. Vous devez "adapter" nos conseils en tenant compte de votre localisation géographique et de votre expérience.

Si vous constatez une anomalie ou une erreur, n’hésitez pas à contacter l’équipe des rédacteurs.


Généralités

Genre d’arbres ou d’arbustes appartenant à la famille des Cupressaceae et composé d’une trentaine d’espèces généralement divisées en 3 sections ou sous-genres :

  • Sect. Juniperus (syn : Juniperus sect. Oxycedrus Spach 1841) : rameaux anguleux, feuilles ternées, toutes aciculaires, graines non soudées (ex. communis, oxycedrus, conferta, squamata, rigida etc...)
  • Sect. Caryocedrus Endlicher 1847 (syn : genus Arceuthos Antoine 1854) : rameaux anguleux, feuilles toutes aciculaires , graines soudées entres elles (ex. drupacea)
  • Sect. Sabina Spach 1841 (syn : genus Sabina Miller 1754) : rameaux cylindriques ou presque, feuilles aciculaires chez les sujet jeunes, le plus souvent squamiformes chez les adultes ; graines non soudées (ex.Juniperus thurifera, Juniperus phoenicea, chinensis, excelsa, occidentalis...)

Liste des espèces

  • Juniperus ashei Buchh. — Ashe juniper, Ashe’s juniper, Enebro de monte
  • Juniperus californica Carr. — California juniper, Enebro de california
  • Juniperus chinensis L. - Genévrier de Chine - Chinese juniper
  • Juniperus coahuilensis (Martinez) Gaussen ex R.P. Adams — redberry juniper
  • Juniperus communis L. — common juniper, dwarf juniper, genévrier commun
  • Juniperus conferta Parl. — shore juniper
  • Juniperus deppeana Steud. — alligator juniper, checker bark juniper, Enebro chino
  • Juniperus drupacea - Genévrier de Syrie
  • Juniperus X fassettii Boivin — Fassett’s juniper
  • Juniperus flaccida Schlecht. — drooping juniper, Enebro liso
  • Juniperus horizontalis Moench - Genévrier rampant, genévrier horizontal - creeping juniper
  • Juniperus monosperma (Engelm.) Sarg. — Enebro de sombra, oneseed juniper
  • Juniperus occidentalis Hook. — western juniper
  • Juniperus osteosperma (Torr.) Little — Utah juniper
  • Juniperus oxycedrus - Genévrier cade ou Oxycèdre
  • Juniperus phoenicea’’ - Genévrier de Phénicie
  • Juniperus pinchotii Sudworth — Enebro de fruto rojo, Pinchot juniper, Pinchot’s juniper, redberry juniper
  • Juniperus procera - Genévrier d’Afrique
  • Juniperus procumbens
  • Juniperus recurva - Genévrier de l’Himalaya
  • Juniperus rigida - Genévrier rigide
  • Juniperus sabina L. — savin
  • Juniperus sargentii
  • Juniperus squamata
  • Juniperus scopulorum Sarg. - Genévrier des Rocheuses - Enebro riparío, Rocky Mountain juniper
  • Juniperus thurifera - Genévrier thurifère
  • Juniperus virginiana L. - Genévrier de Virginie, genévrier rouge ou Cèdre rouge - eastern red-cedar, eastern redcedar, red cedar juniper

Nom commun : Genévrier, Juniper (en Anglais), Shimpaku (en japonais)


Observations générales

Dans l’Antiquité et au Moyen Âge, le genévrier était utilisé comme panacée universelle, ces fumigations étaient réputées désinfectantes et le « vin de genièvre » avait des vertus diurétiques. Les romains utilisaient l’huile de cade (antiseptique puissant obtenu en chauffant le bois du genévrier) pour laver les morts.

Les baies bleues à tendance noire (à ne recolter qu’apres une gelée) du Juniperus communis (genievre) entrent aussi dans la composition de l’alcool de genièvre, du Gin anglais et de l’Aquavit. Seules ces baies sont comestibles (choucroute, grive , sanglier...). Celles du cade (J. oxycedrus) sont toxiques et rouges . Celles du phenicie sont également toxiques et longtemps rouges, elles deviennent noires à maturité.

Pour le cade, seule l’huile de cade est donc utilisable.

Avec les pins et les érables japonais, les genévriers sont l’un des trois genres le plus fréquemment utilisés pour les bonsaï. Le mot "Juniperus" vient du celte gen (« buisson »), et prus (« âcre »).

La couleur du feuillage s’étend du bleu-vert au vert léger avec des tonalités d’argent ou d’or selon les espèces.

Beaucoup d’espèces sont dioïques, au printemps, les pieds mâles portent des petits cônes à l’aisselle des feuilles de l’année précédente. Le Juniperus produit des baies vertes (« glabules ») qui virent au bleu, au brun ou au noir à maturité.

Les fleurs se présentent sous la forme de très petit chatons à l’aisselle de feuilles vers le milieu de jeunes rameaux.

L’espèce de genévrier la plus utilisée en bonsaï est un hybride naturel du genévrier chinois souvent appelée Juniperus X qui est un croisement entre J.chinensis et J.sabina. (parfois aussi appelé Juniperus pfitzeriana).

Une autre espèce très populaire en bonsaï est Juniperus rigida, "le genévrier à aiguilles".

Juniperus squamata, J.sargentii, J.horizontalis sont également populaires en bonsaï. En revanche, les variétés dorées ou bicolores sont peu traitées en bonsaï car plus fragiles.


Zone climatique

Placez les genévriers en situation bien ensoleillée. En hiver, protégez les du froid au-dessous de -8° C. N’essayez jamais de cultiver un genévrier à l’intérieur, bien qu’il puisse sembler tolérer la culture d’intérieur au début. La faible humidité, le manque de lumière et de dormance le tueraient par la suite. Les genévriers peuvent continuer à montrer une couleur normale de feuillage pendant des semaines ou même des mois après leur "mort clinique".


Obtention

Semis : Oui (aisé)

Bouture : oui (plus aléatoire, selon espèces). Pour les boutures on pourra utiliser des branches dites "de sacrifice" (branche que l’on a laissé pousser pour fortifier l’arbre mais inutile pour sa formation

Greffe : Possible

Marcotte : Au sol de préférence.

Prélèvement : Courant au Japon, où les yamadori des montagnes peuvent atteindre 200 ans ou plus, le prélèvement du Juniperus sauvage est pourtant réputé difficile. On recommande de le prélever plutôt à l’automne pour lui laisser le temps de se remettre avant le débourrement de printemps.

En revanche, un plant de pépinière (variétés plus fortes et enracinement plus facile) qu’on a laissé 3 ou 4 ans dans son jardin pour l’engraisser supportera sans aucun problème une grosse taille de racines pour un rempotage dans un pot à bonsaï (en veillant tout de même à limiter les apports d’engrais pendant l’année qui suit le rempotage.

Mais les espèces sauvages (oxycedres (cades), communis (genievre), phenicie(bois rouge) et sabine) sont plus fragiles mais aussi plus émouvantes !


Culture

Paramètres généraux

Difficulté : Moyenne

Vitesse de croissance : lente

Exposition : ensoleillée (en régions très chaudes, ombrer l’après-midi

Ventilation : vents bien supportés

Hygrométrie : Le Juniperus communis ou le rigida supportent mieux les étés chauds et secs que les Juniperus originaires d’Asie du Sud-Est

Plage de température : Selon origines également. Globalement : -8°C à +30°C. Mais certains Juniperus importés de Taïwan par exemple sont gélifs.


Soins

Arrosage : Arroser modérement car les racines du genévrier sont sensibles au pourissement. Le feuillage devra être vaporiser fréquemment pour aider à nettoyer les stomates de la poussière et ainsi leur permettre de respirer.

Pour les arbres fraichement rempotés ou qui ont des problèmes de racine, la vaporisation est essentielle car les conifères peuvent absorber assez d’eau grâce à la surface de leurs feuilles pour se maintenir en vie jusqu’à ce que les racines puissent soutenir l’arbre elles-mêmes. Vaporiser permet également d’éviter une trop grande transpiration pendant les jours chauds d’été.

Rempotage : Tous les deux ans jusqu’à environ dix ans puis selon les besoins. On pourra opérer au milieu du printemps ou en fin d’automne avant tout risque de gelée.

Substrat : Utiliser un mélange drainant. Assurez-vous que le substrat utilisé est propre car les dépôts alcalins compromettraient l’arbre.

Exemples de substrat :
Akadama 60 % pouzzolane 40 %
Akadama 60 % pomice 40 %
Mais pour ceux qui ont des problèmes avec l’akadama , trouver un équivalent.

Pas d’ecorces, c’est inutile.
Si vous pensez que le substrat est trop neutre en raison de la qualité de votre eau d’arrosage, utilisez un mélange Akadama 40 %, Kiryu 20 %, pouzzo ou pomice 40 %

Pour des genévriers souffrant d’un pourrissement des racines, coupez toutes les racines pourries et plantez l’arbre dans de l’akadama ou de la mousse de sphaigne pure pendant un an. La mousse de sphaigne résiste aux bactéries et à l’affaiblissement et absorbe bien l’eau en excès. La mousse favorisera une croissance vigoureuse des racines (aux dépens de la croissance en surface) tandis que ses propriétés anti-bactériennes freinent la décomposition des racines.

Il ne faut pas oublier non plus que le choix du substrat dépend aussi de l’étape de culture et de la région dans laquelle l’arbre est cultivé.

Pour les débutants, un substrat composé à 100 % d’akadama sera parfait, le temps d’en apprendre un peu plus.

Fertilisation : Bimensuelle ; azote du début de la croissance au printemps jusqu’au milieu de l’été, rien en période très chaude. Engrais plus faible en azote en automne. De temps en temps, de l’engrais acide tel que Miracid est fortement recommandé.
Apports de fer une fois par trimestre.

Taille : Les genévriers ont besoin de pincements continuels pour garder leur aspect compact tout au long de la saison de croissance. N’utilisez pas les ciseaux, car ceci causera un brunissement des extrémités. Comme avec tous les conifères, les branches devront toujours être laissées avec assez de feuillage pour les soutenir ou elles mourront. Essayez de ne pas commencer à pincer en arrière avant un mois après que les premiers signes de croissance apparaissent (soit vers la fin du printemps).

Ligature : Peut être effectué à tout moment bien que la saison de croissance soit préférable (de fin d’hiver à fin d’été)


Phytosanitaire

Assez peu sujet aux maladies. Les substrats peu drainants causent régulièrement le pourrissement des racines.

Pour de plus amples renseignements, se reporter à la rubrique Mon arbre est malade.


Esthétique

Ce type d’arbre se prête très bien aux bois mort (jin et shari).

Styles : toutes les formes excepté le balai dans toutes les tailles.

Poteries : Les bleus foncés sont souvent utilisés pour les espèces à tendance bleutée, les bruns ou les beiges pour les Juniperus à écailles ou aiguilles plus "jaunes" ou dorées.

Pour plus d’informations, consulter la rubrique Esthétique


Répartition géographique du Juniperus communis

GIF - 7.8 ko
zones de présence

- 

GIF - 7 ko
zones où le climat lui est favorable

Photographies

- Juniperus Sinensis sur roche Prop : Penjing

- Bourgeons de juniperus communis (Photo : Diex)

- Détail du feuillage (Photo : Diex)

- Fruits (Source : wikimedia commons) :

JPEG - 91.6 ko

- Junipérus itoigawa - Détail du feuillage (Photos Fab30) :


- Junipérus kaizuka - Détail du feuillage (Photos Fab30) :


- Junipérus sargenti - Détail du feuillage (Photos Fab30) :


- Junipérus stricta - Détail du feuillage (Photos Fab30) :


- Junipérus média ’Mint julep’ (Photo YAO SE FU) :

- Juniperus dans sa splendeur naturelle :

- http://images.google.fr/images?q=ju...


Liens externes

- l’histoire de Shimpaku

- http://www.botanik.uni-bonn.de/coni...

- http://www.itis.usda.gov/servlet/Si...

haut de page