Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Evolution d’un prélèvement d’aubépine

Pascal37 nous présente cette fois l’évolution d’une aubépine. Celle-ci a été prélevée à l’automne 2002 après avoir été sabrée au cours de travaux forestiers un an auparavant.

Son fût droit ne présentait que peu d’intérêt, malgré cela il paraissait évident de la sauver des travaux en cours.

Au cours du prélèvement , elle révélait un nébari intéressant avec une répartition harmonieuse autour du tronc mais il décidait de conserver malgré tout un gros pain racinaire.

Pour ses débuts, elle a été mise dans un container large et profond dans un mélange riche en matière organique de chez F. Houette qui faciliterait sa reprise et la formation de radicelles.

Toutes les aubépines de pascal37 sont directement mises en container après prélèvement. Jusqu’à présent, il a eu deux types de réactions au débourrement : explosion de pousses et force, ou au contraire débourrement poussif. Mais après un an de culture, elles repartent à fond au printemps suivant. Il utilise un mélange de substrat organique + tuf ou pouzzolane et écorce avec les même résultats. Engrais organique "or brun" en granulés.

Concernant la ramification, aucun problème particulier.

Son secret pour plus de force c’est de laisser pousser et de rabattre après. Ainsi, un maximum de force est stocké et réservé aux bourgeons sélectionnés. Il ne casse jamais la force d’un arbre. Pas de pincement systématique après débourrement (ce n’est pas nécessaire si les bourgeons souhaités sont sortis). Il attend juste avant la deuxième pousse pour rabattre à deux/trois feuilles.

Automne 2002 :

La conicité n’était pas au rendez-vous. Plusieurs membres du forum conseillaient à Pascal37 de couper de manière assez radicale la tête de l’aubépine.

Mai 2003 :

Elle présentait un certain nombre de branchettes réparties assez haut sur le tronc ce qui empêchait d’y voir immédiatement une structure.

Il a donc décidé de la cultiver un certain temps avec comme priorité la formation d’une nouvelle cime et la correction de la conicité globale qui faisait défaut. Pour cela, il a laissé filer les pousses de la première année tout en haubannant les branches assez fines pour les rabaisser.

Il n’avait pu se résoudre à la rabattre aussi fortement que cela lui était proposé et l’a structurée en droit informel. En comparant les photos avec 2 années d’écart, l’évolution n’est pas mal du tout. Il s’est attaché à faire grossir certaines branches, ainsi que la nouvelle cime pour masquer la coupe sur la partie supérieure. L’année 2003 a été consacrée à la ramification.

Janvier 2005 :

Au debut du printemps 2005 après rempotage et taille assez sévère de racines indésirables, la nouvelle cime était presque en place et il décidait de rabattre assez court les pousses de l’année sauf les nouvelles branches basses, moins grosses que certaines plus évoluées et plus hautes sur le tronc.

La cime qui sera coupée au cours de l’année. Elle corrige déjà beaucoup la conicité. Quelques branches mal placées ont eté supprimées et l’arbre pouvait évoluer vers la forme souhaitée.

Au cours de l’année, il a laissé pousser les zones destinées a grossir et l’inverse pour les branches qu’il souhaitait garder assez fines (pincement précoce). La force de l’aubépine se concentra sur les zones les plus dynamiques ce qui anticipa le résultat.

Le nébari est à améliorer mais il y a de bons départs. Elle changera de container au printemps suivant.

Le projet de Pascal37, dans lequel deux branches doivent être supprimées. L’avantage c’est qu’elle a une structure de branches assez bien répartie,et qu’elle peut avoir plusieurs faces. Tout dépendra de l’amélioration du nébari. Mais la face finale devrait être celle présentée dans cette photo :

Ce sont les branches les plus fortes qui poussent le plus vite si on ne fait rien. L’idéal est d’arriver à un équilibre de la sève sur chaque partie de l’arbre, mais ce n’est pas évident à réaliser. Suite à la coupe brutale des branches principales en début de printemps, quelques branches ont poussé à la base, preuve que l’arbre était dans de bonnes conditions pour réaliser une première et une deuxième coupe assez drastique des branches principales.

L’aubépine est assez généreuse en terme de ramification et elle a tendance à exploser de bourgeons et de départs (à surveiller pour la forme globale) en haut, sur les côtés, en bas, qu’il ne reste plus qu’a sélectionner.

A ce moment là, Pascal37 ne se soucie pas de la floraison, l’objectif principal étant la ramification, combinée avec un rempotage, les entrenoeuds devraient être courts.

Mars 2006 :

Au printemps 2006 l’arbre avait sa structure définitive, la dernière branche basse avait la grosseur escomptée, elle serait donc rabattue ainsi que les pousses secondaires pour attaquer serieusement la ramification et la pousse arrière. L’arbre paraissait alors relativement rigide.

Le résultat est au rendez-vous : alternance des branches le long du tronc, harmonie de la grosseur de celles ci, cime refaite, nébari intéressant mais avec encore quelques défauts ce qui ont été corrigés par marcottage des racines les plus grosses dans les mois qui suivirent.
La taille préalable a favorisé la sortie arrière escomptée.

En synthèse, il s’est attaché aux points suivants depuis le prélèvement :
- amélioration du nébari, évasement de la base, répartition du collet
- correction de la conicité et construction d’une cime
- construction des charpentières (les plus grosses en bas, plus fines en haut...)

Ce que Pascal37 en a retenu :
- difficulté de supprimer ou pas certaines branches primaires initiales compte tenu de la répartition existante à l’epoque et des sorties nouvelles au cours du temps, pour une répartition harmonieuse le long du fût.
- bourgeonnement sur vieux bois aisé.
- ramification assez désordonnée de l’aubépine qu’il faut canaliser suivant la position des bourgeons. Fines ramifications à faire durant toute la période de croissance par pincement et taille.
- croissance positive de l’aubépine en pleine santé.
- marcottage de racines assez grosses possible.

Avril 2006 :

Quelques semaines après le débourrement :

Concernant la face, le choix n’est pas encore définitif.

Les futurs bourgeons prévus sur le tronc (branchettes prévisionnelles) sont essentiellemnt sur le haut de l’arbre, avec quelques exceptions vers la base (ces dernières ne seront pas conservées).

Pascal37 espère que d’autres branchettes vont naître sur l’ensemble des branches "raides". Ensuite, il pourra couper alors ou donner un autre mouvement d’ensemble. C’est ce qui permettra de casser certains rythmes de courbes et autres rigidités. Par contre, le fût droit ne permet pas de donner des mouvements trop important aux branches.

Il est assez synchrone sur la globalité des travaux sur cet arbre, donc cette année il va etre "près de la porte" et surveillance de la ramification.

Fin avril 2006 :

Le souhait de pascal37 est d’avoir un arbre plus étalé, moins "sapin".

Début Mars 2007 :

Debut printemps 2007, elle a été rempotée dans un mélange moins riche en organique, plus minéral (tuf zéolithique et pouzzolane) à fine granulométrie. La ramification et sorties arrières ont rendu les branches de l’arbre moins raides, plus aériennes.

Elle commence a etre plus "légère", plus naturelle...

Pascal37 conserve toujours le fil directeur. Cette année encore, ramification et encore ramification, associé a un rempotage effectué trois semaines plus tôt, cela devrait faire des entre noeuds courts, juste ce qu’il faut pour cette phase de travail.

Fin mars 2007 :

Quelques semaines après le débourrement, il pinçait déja les jeunes pousses afin de conserver des entre-noeuds courts et une certaine grosseur de celles ci.

Janvier 2008 :

La pousse n’a pas été spectaculaire mais il y a profusion de dards.

Le nebari en bonification. Pascal37 avait fait un rajout de substrat organique volontairement pour les marcottes de racines. Il a un bel agencement etoilé... à suivre


Une petite astuce de pascal37 pour la ramification : il existe souvent des départs verticaux sur les branches qu’on ne souhaite pas forcément voir dans cette position. Et bien pour avoir des départs horizontaux et mieux placés, il suffit lors de la taille que l’on peut effectuer en fin d’hiver de couper cette pousse verticale en laissant un petit moignon (1 cm par exemple). Des départs horizontaux naîtront à la base de celui-ci. Il suffira de le recouper dès que la nouvelle branchette sera en position.

Le sujet sur le forum

Un article intéressant sur la ramification de l’aubépine

A SUIVRE................

L’équipe des rédacteurs fous

haut de page