Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Eau de saule

Décoction de saule permettant de faciliter le bouturage.

On peut la fabriquer par exemple en écrasant avec un marteau quelques rameaux de saule (toutes espèces confondues) qu’on fait tremper pendant 24 heures dans de l’eau. On récupérera cette eau et on y mettra à bouturer les tiges de la plante récalcitrante. La reprise sera bien meilleure.

Mais la meilleure recette de fabrication consiste à plonger quelques grosses boutures de saule (peu importe l’espèce) dans une bassine d’eau pendant 4 à 5 semaines.

On obtient ainsi deux choses très intéressantes :

- plein de boutures de saule prêtes à être replantées.
- le liquide restant dans la bassine ressemble à une sorte de gel laissant des résidus glissants sur les doigts. Les parties du saule qui étaient sous l’eau semblent également être enduits d’un gel transparent ; en particulier autour de la surface de la coupe à la base.
Ce liquide permet de faciliter le bouturage ou le marcottage de n’importe quelle plante et de renforcer des arbres affaiblis (par un rempotage par exemple).

Cette technique était très utilisée avant la commercialisation de l’hormone de bouturage en jardineries.

Les saules (Salix .ssp) ont toujours été connus pour leur facilité à s’enraciner. Une bouture (même de 20 cm de diamètre !) peut être prélevée n’importe quand dans l’année, plongée dans de l’eau et elle produira de nouvelles racines en à peine quelques jours sans avoir besoin d’utiliser de l’hormone de bouturage.


La théorie de "l’eau de Saule"

L’aspirine mélangée à de l’eau est souvent utilisée pour prolonger la durée de vie des fleurs coupées (1 comprimé d’aspirine 500 mg pour 5 L d’eau). L’aspirine est un anti-coagulant naturel ; c’est à dire qu’elle ralentit le processus par lequel les fluides sont transformés en solides.

L’aspirine est également connue pour fluidifier le sang. Elle semblerait avoir un effet semblable sur les végétaux en empêchant à la plante de coaguler ses plaies et donc de s’assécher puis mourir.

L’aspirine est un dérivé de l’acide salicylique, un produit qu’on trouve naturellement dans l’écorce des saules ! Il existe d’autres composés chimiques ou hormones (auxine) facilitant l’enracinement mais l’acide salycilique semble être un des principaux composants.

Il a été prouvé que l’acide salicylique permet de bloquer la réponse à une blessure provenant de l’acide abscissique. L’acide abscissique est une hormone de stress libérée par toutes les plantes en réponse à une blessure ou une maladie ; il induit la fermeture rapide des stomates et la "fermeture" des secteurs blessés de la plante.

En freinant cette réaction, l’acide salycilique empêche l’assèchement de la plante et lui permet de guérir en produisant de nouvelles racines.

La "puissance" de l’eau de saule dépendra évidemment de la concentration en acide salycilique du gel obtenu. Celle-ci dépendante elle-même du nombre et de l’épaisseur des boutures de saule utilisées ainsi que du volume d’eau dans lequel on les aura plongé.

Attention, l’eau de saule n’est toutefois pas un produit miracle. Elle ne permettra que de faciliter le bouturage ou le marcottage à condition que ceux-ci soient tout de même réalisés selon les "règles de l’art".

haut de page