Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Acer pseudoplatanus

AVERTISSEMENT :

Les indications fournies sur cette fiche le sont à titre indicatif et sont susceptibles de modifications ultérieures liées à l’évolution des connaissances. Vous devez "adapter" nos conseils en tenant compte de votre localisation géographique et de votre expérience.

Si vous constatez une anomalie ou une erreur, n’hésitez pas à contacter l’équipe des rédacteurs.


Généralités

Famille : Aceraceae

Genre : Acer

Espèce : Acer pseudoplatanus

Nom commun : Erable sycomore, érable des montagnes, sycomore maple, planetree maple


Observations générales

Espèce colonisatrice, le sycomore est l’érable commun de nos villes. C’est le plus grand des érables. Il est présent dans toute la France et pousse très facilement. A l’état naturel, il mesure jusqu’à 30 m de hauteur et vit jusque 500 ans.

Ses feuilles opposées mesurent de 6 à 20 cm avec un long pétiole mesurant jusqu’à 10 cm. Elles ont 3 ou 5 lobes irrégulièrement dentelées à sinus aigus et sont cordées à la base. Leur limbe glabre, sauf aux nervures, est vert mat dessous.

Les bourgeons sont ovoïdes, à écailles vertes et un peu écartés des rameaux.

Les fleurs, jaunes verdâtres, sont des grappes pendantes qui naissent en mai après les feuilles.

L’écorce est grise pâle, finement écailleuse. Son rhytidome se fissure en plaques caduques irrégulières plus ou moins circulaires.

On reconnaît facilement le sycomore à son fruit qui est une disamare dont les deux graines ailées forment un angle droit. Rustique, le sycomore pousse dans des sols riches en matière organique, frais, humides. Il craint la sécheresse et la chaleur. Son bois est clair et dur et est utilisé en menuiserie et aussi pour fabriquer des instruments de musique.

Même si cette espèce est très résistante, c’est un bonsaï d’extérieur complexe à traiter en raison de ses grandes feuilles difficiles à miniaturiser, ses entre-noeuds trop longs et son tronc trop raide. Si toutefois on décide de tenter l’aventure, on privilégiera une formation en grand bonsaï d’environ 80 cm pour obtenir des proportions correctes.

Cultivars intéressants :

- Acer pseudoplatanus Simon Louis Frères (panaché)
- Acer pseudoplatanus Erythrocarpus
- Acer pseudoplatanus Brilliantissimum : Ce cultivar a des feuilles rose quand elles sont jeunes, puis deviennent jaunes puis vertes l’été.
- Acer pseudoplatanus leopoldii : Ce cultivar a des feuilles rosées quand elles sont jeunes, puis vertes avec des tâches jaunes et blanches ensuite.
- Acer pseudoplatanus purpurascens : Ce cultivar a des feuilles vert foncé dessus et pourpre violacé dessous.


Zone climatique

Espèce intéressante si elle est élevée sous un climat sec et ensoleillé (au Sud du 45e parallèle de préférence ou conditions équivalentes) qui entraînera naturellement des feuilles plus petites et des entrenoeuds plus courts.

Du soleil et surtout pas d’excès d’eau. Dans ces conditions, jolies feuilles jaunes d’or en automne et pas de risque d’oïdium.


Obtention

Semis : Très facile en plantant les samares à l’automne ou au printemps. Attention les arbres issus de semis peuvent différer de la plante mère ;

Bouture : Difficile sur l’érable. A tenter au printemps sur pousse de l’année placée à l’étouffée (boite en plastique avec couvercle transparent entrouvert) dans un mélange terreau-pouzzolane.

Greffe : Greffe en fente en fin d’hiver ou au début du printemps, greffe en écusson en été.

Prélèvement :

Marcotte :


Culture

Paramètres généraux

Difficulté : Facile

Vitesse de croissance : Rapide les premières années puis lente.

Exposition : Plein soleil pour faciliter la réduction des feuilles.

Ventilation :

Hygrométrie :

Plage de température : -15 + 30 °C


Soins

Arrosage : Limiter les arrosages si on ne veut pas obtenir de trop grandes feuilles.

Rempotage : Rempoter chaque année les pre-bonsaï, tous les 2 ans pour les sujets plus âgés, en tenant compte de la vigueur de l’arbre.

Substrat : dans un substrat classique.

Il ne faut pas oublier non plus que le choix du substrat dépend aussi de l’étape de culture et de la région dans laquelle l’arbre est cultivé.

Pour les débutants, un substrat composé à 100 % d’akadama sera parfait, le temps d’en apprendre un peu plus.

Fertilisation : Classique.

Taille : Une des meilleurs façon de réduire la taille des feuilles est la défoliation vers la fin du printemps (fin mai ou début juin en France). Ce type d’érable étant très vigoureux, on pourra défolier chaque année même en cas de rempotage si le printemps n’a pas été trop sec. Les feuilles réapparaissent dans les deux à trois semaines suivantes. Pendant cette période, limiter les arrosages pour ne pas annuler l’effet de la défoliation.

Pour éviter de trop grands entre-nœuds, on procédera à l’ébourgeonnement. Supprimer également au ciseau à feuille les deuxièmes paires de feuilles au fur et à mesure du développement de l’arbre.

Pour obtenir un joli nebari, il faudra tailler la racine pivot dés les premières années sinon le sycomore a tendance à développer un gros et long pivot.

Ligature :


Phytosanitaire

Sensible à l’oidium, aux taches noires, à la maladie du corail et aux cochenilles.

Pour de plus amples renseignements, se reporter à la rubrique Mon arbre est malade.


Esthétique

Styles : Etant donné la raideur du tronc, on se limitera aux formes classiques, chokkan (droit formel), hokidachi (balai) ou sokan (tronc double).

Poteries : Grès vernissé blanc ou vert.

Pour plus d’informations, consulter la rubrique Esthétique.


Photographies

- Les feuilles du sycomore sont difficiles à miniaturiser. Comparatif entre une feuille d’Acer palmatum et de sycomore

- Mame de sycomore (Propriétaire : Freddy Filliot)

- Feuilles de sycomore en automne

- D’autres feuilles (Photo : Diex)

- http://images.google.fr/images?hl=f...


Liens externes

haut de page