Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Acer Palmatum

FICHE BOTANIQUE

AVERTISSEMENT :

Les indications fournies sur cette fiche le sont à titre indicatif et sont susceptibles de modifications ultérieures liées à l’évolution des connaissances. Vous devez "adapter" nos conseils en tenant compte de votre localisation géographique et de votre expérience.

Si vous constatez une anomalie ou une erreur, n’hésitez pas à contacter l’équipe des rédacteurs.


Généralités

Famille : Aceraceae

Genre : Acer

Espèce : Acer palmatum

  • Nom commun :
    • Erable Palmé
    • érable japonais
    • érable du Japon "Japanese maple" en anglais
    • momiji ou kaede en japonais ou même 山もみじ yamamomiji

Observations générales

Originaire du Sud-Est asiatique (Chine, Japon et Corée), l’ Acer palmatum ou érable palmé est une des espèces favorites des bonsaïka du monde entier qui apprécient généralement beaucoup la forme et les couleurs variées de ses feuilles.

Petit arbre ou arbuste de forme ronde à feuilles caduques, palmées comme son nom l’indique, il peut mesurer jusqu’à 6 ou 7 mètres à l’état naturel.

Il existe un très grand nombre de cultivars de cette espèce (plus de 300) , dont certains sont rares et de grande valeur. Ils sont répartis en 7 sous-groupe :

  • palmatum (Iroha momiji en japonais) parmi lequel on trouve par exemple :
    • Acer palmatum atropurpureum et ses cultivars :
      • Acer palmatum Bloodgood : feuillage rouge foncé durant toute la saison de végétation. Ses feuilles sont plus grandes et plus difficiles à réduire que l’acer palmatum.
      • Acer palmatum Deshojo
    • Acer palmatum Arakawa
    • Acer palmatum Katsura
    • Acer palmatum Seigen
    • Acer palmatum Kiyohime
    • Acer palmatum Shishigashira
    • Acer palmatum Sango Kaku
  • amoenum (O-momijien japonais)
  • matsumura (Yama momiji en japonais) :Acer palmatum Beni kagami
  • dissectum qui se prêtent mal au traitement en bonsaï.
  • linearilobum
  • dwarf (nain) :Acer palmatum Mikawa Yatsubusa
  • les autres : ceux qui ne sont classables dans aucune des 6 premières catégories.

2 sous-espèces :

  • Acer palmatum ssp amoenum (Carr.) Hara 1954
  • Acer palmatum ssp matsumurae Koidzumi 1911

Pour identifier les différentes variétés, connaître quelques termes japonais facilitent les choses. Par exemple, toutes les variétés commençant par "Beni" comme par exemple Acer palmatum Beni kagami sont des variétés à feuilles rouges puisque Beni signifie rouge en japonais.


Zone climatique

Zone USDA 5 à 8. Tempérée. Sa tendance au débourrement précoce le rend sensible aux gelées tardives.


Méthodes d’obtention

Semis : Après stratification froide à 3°C/5°C pendant 3 à 6 mois. Vérifier car la levée débute au froid. Repiquer les germes au fur et à mesure dans des godets à 18°C/20°C. Graines disponibles à l’achat ici

Si vous savez ou prélever des graines, collectez les à l’automne juste avant la chute des feuilles. Elles doivent être traitées immédiatement sans les laisser sécher sinon elles auront du mal à germer.

Trempez les graines fraîches (avec ou sans leur aile) dans de l’eau chaude pendant une nuit. Le lendemain matin, renouvelez l’opération. Idem pendant les 2 jours suivants, ce qui suffira à retirer l’acide tannique servant d’inhibiteur de germination.

Après le dernier trempage, retirez toute l’eau et mélangez les graines à un égal volume de vermiculite sèche qui absorbera l’eau résiduelle et fournira une réserve d’humidité. Mettez le tout dans un sac plastique hermétique (sac de congélation) que vous placerez au réfrigérateur (et non au congélateur) pendant au moins 3 mois.

Semez au Printemps une fois que les risques de gel sont passés. Si les graines germent dans le sac, les semer dés que la radicule atteint 0.5 cm sinon elles pourriront.

Bouture : Facile à l’étouffée. Le meilleur moment pour les boutures d’Acer palmatum est le mois de juin dans 2/3 de sable et 1/3 de tourbe (possible également au tout début du printemps et à la fin de l’été vers fin Août-début Septembre sur rameau de l’année aoûté). Enduire d’hormone de bouturage pour faciliter la reprise. Mettre les rameaux à bouturer contre les parois du pot car le plastique emmagasinant la chaleur, la bouture prend mieux qu’en plaçant les rameaux au centre.

Greffe : De coté sous écorce en novembre. On peut aussi utiliser la méthode dite par insertion.


Culture

Les feuilles sont facilement brûlées par le soleil et les vents froids en été, surtout si les racines sont trop au sec.

Paramètres généraux

Difficulté : Facile.

Vitesse de croissance : Lente à moyenne.

Exposition : Soleil au printemps puis mi-ombre ou ombre.

Ventilation : Abrité.

Hygrométrie : Humide.

Plage de température : De -10°c à 30°c. A besoin d’une saison froide (inférieure à 10 °C) pendant au moins 45 jours. En région trop chaude, il ne survivra que quelques années.


Soins

Arrosage : Garder le substrat humide et attendre que l’akadama en surface s’éclaircisse un peu pour réarroser. En saison de croissance, les besoins en eau augmentent rapidement, ne jamais laisser sécher complètement.

Par temps chaud, éviter d’arroser les feuilles pour éviter les brûlures.

Rempotage : Au printemps, tous les deux ou trois ans, selon la vigueur du sujet.
Rempotage d’un acer palmatum en image

Si par hasard un gel tardif survient après rempotage, les racines peuvent être touchées. Il vaut donc mieux sortir l’arbre du pot pour voir l’état des radicelles.

Si elles sont gravement abîmées (le bout se détache tout seul), il faut les recouper, ce qui équivaut à un rempotage bis.

Car si elles sont dans cet état, l’arbre va continuer à pousser quelques mois (il vit sur ses réserves), mais en fait il sera en train de mourir.

Substrat : Dans un mélange bien drainant, aéré et légèrement acide, par exemple 1/3 sable grossier, 1/3 Akadama et 1/3 terre de bruyère tamisée. On peut remplacer le sable grossier par de la Kanuma et la terre de bruyère par des écorces de pin compostées, ou utiliser un mélange purement minéral 2/3 Akadama et 1/3 Kanuma, en adaptant l’arrosage et la fertilisation.

Il ne faut pas oublier non plus que le choix du substrat dépend aussi de l’étape de culture et de la région dans laquelle l’arbre est cultivé.

Pour les débutants, un substrat composé à 100 % d’akadama sera parfait, le temps d’en apprendre un peu plus.

Fertilisation  : Démarrer la fertilisation azotée après le 1er pincement afin d’éviter l’allongement des entre-nœuds. Sur les arbres aboutis, pas d’engrais avant la fin du printemps (début juin) pour éviter de grosses feuilles.

Comme pour tous les arbres d’extérieur, cesser la fertilisation de la fin de l’automne jusqu’au début du printemps.

Taille : L’Erable palmé est sujet aux écoulements de sève lors de la taille, ce qui empêche de mastiquer efficacement les plaies et épuise l’arbre.

Pour éviter cela, il est recommandé de pratiquer la taille de structure en automne dans la semaine suivant la chute des feuilles. A cette période, il n’y a aucun risque de déperdition de sève. Mais on ne peut faire cette taille d’automne que dans les régions ou l’hiver n’est pas trop sévère.

Sinon, on peut aussi le faire au début du printemps avant que la sève ne se remette à circuler, juste avant l’éclatement des bourgeons, et tenter de couvrir la plaie avec un mastic fongicide mais cela est plus risqué qu’en automne.Il est à noter que les années de rempotage, on peut tailler au printemps sans problème car le rempotage empêche l’arbre de pleurer.

Dans tous les cas, éviter de tailler en plein hiver et assécher légèrement le substrat avant de procéder à la taille.

Pincer les jeunes pousses à deux feuilles durant toute la période de croissance pour favoriser la ramification et limiter la longueur des entre-noeuds.

Après avoir rabattu un tronc, il peut produire des branches en verticille à partir de bourgeonslatents, mais uniquement aux points nodaux. Ces noeuds sont aisément reconnaissables aux bandes sur les jeunes arbres qui n’ont pas encore une écorce mature.

Sur un arbre vigoureux et pas la même année que le rempotage, on pourra pratiquer une défoliation à la mi-juin pour obtenir des feuilles plus petites et une meilleure ramification.

Ligature : Cette opération n’est pas indispensable à la formation d’un acer en bonsaï, car une taille régulière permet de structurer correctement le végétal, cette espèce réagissant très bien à la taille.
Seules les branches de faible diamètre peuvent êtres dirigées et formées sans risque de cassure.
Nous conseillons vivement le ligaturage (en utilisant les techniques appropriées) courant octobre, en laissant le fil jusqu’à mars. Il sera proscrit pendant les mois d’avril et mai car le ligaturage durant la croissance vigoureuse de ce végétal entraîne des blessures irréversibles.
Sur les acers le plus souvent usité sera le fil d’aluminium anodisé plus souple que le cuivre et non blessant.

On peut noter que sur des variétés a écorces liégeuses un fil oublié un peu en s’incrustant va déclencher la formation du liège sur le rameau.

Si vous devez ligaturer des rameaux encore fragile avec une écorce tendre vous pouvez enrubanner le fil avec du scotch utilisé pour la protection lors de la peinture type scotch carrossier. [1]


Phytosanitaire

Pucerons, chancre, verticiliose, anthracnose.

Pour de plus amples renseignements, se reporter à la rubrique Mon arbre est malade.


Esthétique

Styles : on trouve le plus souvent Chokkan (droit), Moyogi, Shakan (penché) troncs multiples et forêts.

Pour plus d’informations, consulter la rubrique Esthétique


Photographies

- Débourrement de l’Acer palmatum

JPEG - 19.5 ko
palmatum debourage
feuille d’acer palmatum au débourage

- Fleurs d’Acer palmatum (Photo : Saikei) :

- Acer Palmatum multitroncs (prop. Penjing)

JPEG - 133.1 ko
plamatum multitroncs
acer palmatum multitroncs Penjing

- Feuilles de palamatum issu de semis (Photo : Diex)


Liens externes

- un topic du forum sur les site consacrés aux érables japonais
- choisir un cultivar d’acer palmatum
- http://images.google.fr/images?q=ac...
- http://www.lalibre.be/article.phtml...

haut de page