Le premier site
francophone
du bonsaï et
des arts associés

background speedbar
Nouvel utilisateur ?Inscrivez-vous !

x
imprimer

Acer Buergerianum - Erable de Burger

FICHE BOTANIQUE

AVERTISSEMENT :

Les indications fournies sur cette fiche le sont à titre indicatif et sont susceptibles de modifications ultérieures liées à l’évolution des connaissances. Vous devez "adapter" nos conseils en tenant compte de votre localisation géographique et de votre expérience.

Si vous constatez une anomalie ou une erreur, n’hésitez pas à contacter l’équipe des rédacteurs.


Généralités

Famille : Aceraceae

Genre : Acer

Espèce : Acer buergerianum (synonyme Acer trifidum)

Nom commun : Erable de Burger, érable trilobé, érable trident, érable trifide, Érable à écorce de dragon, Trident maple (en anglais), tou-kaede en japonais
Cultivars intéressants : Acer buergerianum Akebono, goshiki kaede, integrifolium maruba, mino yatsubusa.


Observations générales

Cet érable originaire de l’est de la Chine a été introduit en Angleterre en 1898. Il doit son nom latin au hollandais Heinrich Buerger (1804-1858), "récolteur" au Japon pour le gouvernement Hollandais.

L’érable de Buerger atteint naturellement une hauteur de 10 à 15 mètres.

Son écorce lisse est grise à beige clair parfois nuancé d’orangé.

Les feuilles sont trilobées avec trois veines bien visibles au centre de chaque lobe et virent vers une belle couleur jaune d’or en automne. Leur forme évoque celle du trident, d’où le nom anglais "Trident maple".

Les fruits sont des samares de 1,5 à 2,5 cm, à ailes à angle aigu, qui passent du vert au rouge puis au brun à maturité.

En bonsaï, il fait partie des espèces "vedettes" en raison de sa croissance rapide qui permet d’obtenir assez rapidement un arbre "respectable". Il est beaucoup utilisé dans des plantations en groupe (composées avec de jeunes plants) ou en style rupestre, planté dans une roche déchiquetée, représentant un flanc de montagne ou une paroi de falaise.


Zone climatique

Zone USDA 8 à 11


Obtention

Semis : En place ou en pot à l’exterieur, des graines récoltées à l’automne et stratifiées tout l’hiver dans du sable.

Bouture : Facile au mois de Juin avec des rameaux portant au moins 3 noeuds et de diamètre pouvant aller jusqu’à 2 cm. Enduire d’hormone de bouturage et plantez dans un mélange sable grossier-terreau.

Greffe : Greffe de coté sous écorce en novembre. Il se prête également bien aux autogreffes par perçage (greffe de l’extrémité d’un rameau à un autre niveau du tronc).


Culture

Les racines charnues de cet érable sont détruites par les alternances répétées gel-dégel en hiver. Par temps froid, maintenez la terre humide, mais non détrempée. Protéger impérativement les racines en dessous de -5°C

Il apprécie un emplacement très lumineux, garant de ses belles couleurs automnales, mais en plein été attention au soleil direct qui peut provoquer des brulûres sur les feuilles.

Paramètres généraux

Difficulté : Facile.

Vitesse de croissance : Rapide.

Exposition : Mi-ombre ou plein soleil pour raccourcir les entre-noeud et miniaturiser les feuilles.

Ventilation : Aéré.

Hygrométrie : Humide.

Plage de température : De -5°c à 25°c.


Soins

Arrosage : Quotidien en période de croissance. Laisser sécher entre 2 arrosages en hiver pour éviter d’abimer ses racines charnues.

Rempotage : Au printemps, tous les deux ans (espèce vigoureuse).

Substrat : Dans un mélange drainant légèrement acide, par exemple 1/3 sable grossier, 1/3 Akadama, 1/3 terre de bruyère. Choisir une poterie de volume important . On peut aussi utiliser de l’Akadama pur en prévoyant une fertilisation adaptée, ou remplacer le sable grossier par de la Kanuma et la terre de bruyère par des écorces de pin compostées.

Il est aisé de refaire des racines en incisant l’endroit où l’on veut qu’elles se développent en ajoutant de l’hormone racinaire.

Il ne faut pas oublier non plus que le choix du substrat dépend aussi de l’étape de culture et de la région dans laquelle l’arbre est cultivé.

Pour les débutants, un substrat composé à 100 % d’akadama sera parfait, le temps d’en apprendre un peu plus.

Taille : Pour une cicatrisation plus rapide, tailler les branches en période de croissance et couvrir la plaie avec un mastic fongicide. Pincer les jeunes pousses durant toute la période de croissance. Défoliation possible si l’arbre est en bonne santé et présente des feuilles trop grandes.

Taille de structure en fin d’hiver, avant le débourrement, sur une période hors gel de préférence, en mastiquant les coupes de plus de 2-3mm et en tenant compte d’un retrait de sève qui est toujours important chez eux (tailler au moins 1 à 2 cm au dessus du bourgeon que l’on veut préserver pour donner la direction de la nouvelle branche).

Ligature : En plein été, après la chute des feuilles, ou en février-mars. Procédez délicatement, les branches et les pousses aoûtées étant fragile et cassant facilement.

Chez cet érable, mieux vaut ligaturer les pousses lorsqu’elles sont encore vertes.


Phytosanitaire

Pour de plus amples renseignements, se reporter à la rubrique Mon arbre est malade.


Esthétique

Styles : Tous styles. Les plus utilisés sont les forêts et les plantations sur roche.

Poterie : Toutes les formes sont possibles, émaillées ou non, bien sûr adaptées à la forme de l’arbre et à ce qu’il dégage comme impression. Etant donné sa croissance vigoureuse, il demande un pot moyennement profond pour se développer.

Pour plus d’informations, consulter la rubrique Esthétique


Photographies

JPEG - 50.3 ko
Acer Buergérianum en Automne
Propriétaire Penjing
JPEG - 24.6 ko
bourgeons Acer Buergerianum au débourrement
propriétaire Penjing
JPEG - 17.5 ko
Feuilles (Photo : Diex)
JPEG - 35.1 ko
Feuilles en automne (Photo : Papounette)

- Fleurs d’Acer Buergerianum Miyasama (Photo : Quangtao)

haut de page